Week-end à Commes : entre cité médiévale et plages du débarquement

Commes sur la carte normande

Niché entre Bayeux et les fameuses plages du débarquement, Commes est un petit village du Calvados à l’ouest de l’embouchure de l’Orne, en pleine campagne surplombant la mer Omaha Beach, Longues sur mer ou encore Arromanches et un peu plus au sud-est Utah Beach dans le Cotentin. 

Commes la terre et la mer

Flâner et découvrir

Commes est idéalement situé sur la butte d’Escures, à deux kilomètres de Port-en-Bessin, stratégique pour déguster de bons plateaux de fruits de mer et à huit kilomètres au nord de Bayeux pour découvrir cette magnifique ville à l’histoire impressionnante qui avant d’être la première ville de Normandie que l’opération Overland a libérée, est aussi une ville siège de l’évêché depuis le IVè sielcle. Ancienne cité médiévale, Bayeux conserve des trésors d’architecture liés à son histoire, représentés par ses ruelles où l’on peut admirer ses maisons à pan de bois, ses manoirs ou encore ses moulins.

Bayeux est incontournable pour une escusion pédestre où vous pourrez admirer un riche patrimoine historique et culturel retraçant son histoire (une boucle 2h30 en suivant 23 bornes constitué de clous en bronze au sol permettant de ses repérer).  

Avec notamment la Cathédrale Notre Dame de Bayeux, chef d’oeuvre de l’architecture romane et gothique normande. Sa construction a débutée en  1040 et elle fut  consacrée le 14 juillet 1077 par l’archevêque de Rouen. Malgré les incendies, les multiples pillages qu’elle subira pendant les guerres de religion, elle gardera de sa superbe comme bon nombre de cathédrales en France, grâce aux nombreuses restaurations et fait partie d’un ensemble épiscopale remarquablement préservé et c’est pour elle que fut réalisée la célèbre tapisserie de Bayeux.

la Tapisserie de Bayeux est une autre curiosité incontournable en Normandie, aussi connue pour le nom de tapisserie de la reine Mathilde du XIè siècle inscrite depuis 2007 au registre mémoire du monde par l’Unesco. Représentant essentiellement les évènements favorables à Guillaume le Conquérant, elle a été considérée comme oeuvre de propagande mais reste un document inestimable du XIè siècle normand et anglais car elle renseigne sur les châteaux, les navires, et tout le quotidien de cette époque. C’est un rare exemple de l’art roman. Longtemps conservée dans la cathédrale, elle est désormais au musée de Bayeux 

A l’entrée de la ville arrêtez-vous dans le jardin Botanic qui est l’un des plus beaux parc paysagers du XIXè siècle en Normandie. Un circuit de découverte vous invite à admirer les richesses de ce jardin public créer par les frères BUHLER et aujourd ‘hui classé monument historique. Créer en 1859 ce jardin de 2,6 hectares est constitué de 17 bornes explicatives qui vous invite à découvrir à votre rythme des anecdotes historique de cette ville. Ce parc est partie intégrante de la ville et abrite près de 400 arbres dont l Hêtre pleureur sans doute le plus spectaculaire et classé monument naturel depuis 1932 et labellisé « Arbre remarquable de France » en 2000.

 Traversons l’histoire de plusieurs siècles pour arriver sur les plages du débarquement.

Le Débarquement du 6 juin 1944 sur les plages de Normandie est la plus grande opération amphibie et aéroportée de tous les temps. Des millions de personnes viennent se recueillir sur les Plages du Débarquement et ainsi rendre hommage aux soldats qui ont libéré la France. En effet, c’est ici que se jeta plus de 150.000 soldats sur cinq plages dans un déluge de feu. Aujourd’hui, ces longues et paisibles étendues de sable clair, parfois relevées de falaises crayeuses, ponctuées de blockhaus, de musées, de cimetières militaires et de mémoriaux peuvent être visitées afin de rappeler l’histoire. Ainsi vous pourrez vous balader à Omaha beach et Utah Beach pour le secteur américain, Gold Beach pour le secteur britannique, Juno Beach pour le secteur canadien et Sword beach secteur franco britanique.

Omaha Beach : C’est ici, entre Colleville-sur-Mer et Vierville-sur-Mer, que s’est forgée la légende de « Bloody Omaha ». Pris dans un piège mortel infernal, les Américains s’emparent de la côte au prix d’un carnage (3 000 morts) et aussi d’un courage inouï, fondateur du mythe des GI’s. Dominant cette plage – parmi les plus belles du Calvados – l’émouvant cimetière américain de Colleville-sur-Mer aligne à l’infini et dans un paisible écrin de verdure 9 385 tombes de soldats US, tués dans les batailles normandes.

Utah Beach ; L’opération Overlord a commencé ici ! Face au hameau de la Madeleine, cette plage – la plus à l’ouest du Débarquement et adossée à des dunes et des marais – a été choisie par les Américains pour gagner le port de Cherbourg.

Devant le sable foulé par les boys, le musée du Débarquement Utah Beach nous immerge dans l’aventure du Jour-J avec ses témoignages, objets, véhicules et cet étonnant bombardier B26 Marauder, garé sous une verrière. On y apprend aussi que la 2e BD du général Leclerc débarquera à Utah Beach le 1er août pour se jeter dans la bataille.

Gold Beach : Entre Ver-sur-Mer et Asnelles, aussitôt débarqués, les Anglais bâtissent un grand port artificiel à Arromanches-les-Bains, en service dès le 14 juin pour ravitailler les combattants de la bataille de Normandie. C’est un ingénieux système préfabriqué de caissons en ciment, remorqués depuis l’Angleterre et immergés devant la plage, accessible via des passerelles flottantes. Les vestiges du port sont encore visibles à quelques centaines de mètres du rivage. Et face à eux, le musée du Débarquement – tout premier du genre, inauguré en 1954 – détaille la conception novatrice et l’exploitation de cet ouvrage d’art étonnant.

Juno Beach : Les plages entre Langrune-sur-Mer et Graye-sur-Mer voient débarquer les troupes canadiennes qui au prix de lourdes pertes, emportent le petit port de Courseulles-sur-Mer, à l’embouchure de la Seulles, puis convergent vers Caen avec les Anglais de «Sword» et de «Gold».

Les jours suivants, «Juno Beach» voit aussi débarquer Winston Churchill, le général de Gaulle et le roi George VI. L’engagement du Canada dans la Seconde Guerre mondiale est raconté au Centre Juno Beach de Courseulles-sur-Mer. Et devant ce bâtiment design, on explore les blockhaus allemands du Parc Juno avec de jeunes guides canadiens.

Sword Beach : C’est entre Colleville-Montgomery et Hermanville-sur-Mer, que l’infanterie anglaise débarque avec l’objectif de foncer sur Caen. Pour lui prêter main-forte, 177 commandos français la précèdent. Menés par le commandant Kieffer, ils anéantissent le système défensif de Ouistreham.

Dans l’arrière-pays, se dresse la redoutable batterie de Merville, neutralisée aux premières heures du 6 juin. Là, sur plusieurs hectares, un « parcours pédagogique » explore les bunkers-musées et rend hommage à l’action des parachutistes anglais.

Dans cette partie de la Normandie, il y en a pour tous à voir en un week-end ou en plusieurs fois, des vikings aux soldats de la liberté, notre liberté.

Se restaurer et déguster

Vers les plages du débarquement  entre deux escapades, notre choix s’est porté sur Arromanches les bains à l’hôtel Normandie, cependant vous trouverez bien d’autres adresses ici >> https://bit.ly/3eOXoPQ

L’hôtel Normandie : Place du 6 juin 1944.

Face à la mer et au musée du débarquement, ce restaurant est idéalement situé pour un déjeuner agréable mais sur le pouce, pour un déjeuner plus familial ou plus formel ce n’est pas le bon endroit. 

Cet hôtel restaurant est dotée d’une grande terrasse, à l’ombre ou au soleil selon les goûts de chacun. La carte est vaste mais laisse une grande part aux produits de la mer et d’ailleurs le contraire serait dommage. Dans les assiettes se succèdent plateaux de fruits de mer, poissons du jour, viandes élevées dans le bocage de cette chère Normandie, fromages locaux… 

Notre choix s’est porté sur l’assiette de fruits de mer, un verre de sauvignon et son café pour 24 euros, très honorable pour le cadre agréable, le service rapide et efficace malgré un taux de fréquentation élevé en ce long week end du 14 juillet.

Sur Bayeux; là encore beaucoup d’adresses (à consulter ici >>>https://bit.ly/2CuVk2r ) mais le lundi étant un jour férié pour le commerce de cette ville nous n’avons pas pu déjeuner mais notre choix se serait porté sur Le Moulin de la galette pour son cadre et sa carte idéale pour déjeuner.

Le Moulin de la galette : Crêperie Grill. Terrasse ensoleillée au bord de l’eau, face au musée de la Tapisserie. Salle intérieure au cœur de l’ancien moulin médiéval. Plat du jour : 11,50 € (repas entre 10 et 30 €). Terrasse. Les produits servis : galettes de sarrasin. crêpes. tout fait maison. glaces artisanales. Vins Bios. Oeufs Bios. Viandes françaises. Poissons de pêches locales et bien d’autres encore. Réservation recommandée pour ce cadre apaisant tout en écoutant l’eau du moulin.

Et le soir, près de Commes, à 2 kms environ se trouve Port en Bessin – Huppain , cité pittoresque et authentique au coeur des plages du débarquement. Dans un écrin de verdure la cité portuaire au passé historique prestigieux, devenu successivement bastion militaire, une cité maritime, un port pétrolier, un port de commerce et désormais un port de pêche, la vocation maritime de la cité s’est affirmée et aujourd’hui port en Bessin est un port reconnu pour a pêche de produits d’exception  comme la coquille saint Jacques, du coup sur le port se succèdent une multitude de restaurants de la mer (à consulter ici >>https://bit.ly/3jmrDkL)

Et c’est l’Ecailler qui nous à séduit, restaurant de fruits de mer et poissons frais, belle vue sur le port et une terrasse panoramique à l’étage poissons de la pêche locale, formules simples mais efficaces. L’accueil a été tout a fait courtois et le service, bien que débutant , a été agréable. Les produits étaient frais, les plats copieux et les prix plutôt raisonnables pour un restaurant gault millau.  Les conseils du sommelier avisés. Plateau de fruits de mer, vin au verre (délicieux) café gourmands copieux : 50 euros par personne.

Se détendre et se reposer

Les adresses sont nombreuses, les chambres d’hôtes et les hôtels ne manquent pas dans cette région de la Normandie. Mais c’est à Commes, environnement agréable et relaxant surplombant les plages du débarquement , qui nous a  semblé être l’endroit le plus judicieux pour poser nos sacs le temps du weekend. Ce petit village dans les hauteurs verdoyantes et le bocage calvadocien était l’endroit idéal pour notre escapade culturelle, balnéaire et gastronomique.

Parmi un large choix, c’est au Clos de l’ancien pressoir de Commes que nous avons jeté notre dévolu. C’est dans cet hôtel restaurant, bâtiment âgé de 200 ans et où de nombreux détails de l’époque ont été conservés que les nouveaux propriétaires (depuis début 2020) se sont installés pour réaliser leur vie rêvée. Ils nous ont accueilli au sein de cet ancien pressoir à cidre, avec son jardin clos et l’ancienne boulangerie du XVIIè siècle.

Avec la jolie restauration réalisée par l’ancien propriétaire (ancien centre de formation), Magali et Jérôme ont mis les bouchées doubles pour ouvrir un hôtel de 18 chambres et un restaurant, inaugurés en février 2020. En cuisine, Jérôme entend mettre en valeur les produits « magnifiques du terroir, légumes, viandes, poissons et même escargots dans une cuisine traditionnelle ». L’objectif un seul menu élaboré avec le marché du matin, chaque jour différent, sans renoncer à quelques spécialités du Nord », une région qui place la générosité au cœur de sa tradition culinaire (propos repris dans ouest France du début de l’année)

Les chambres : L’hôtel dispose de 18 chambres récemment rénovées de tailles différentes allant de 12 à 18m carré, réparties sur deux étages dont huit au Rez de chaussée. Si à l’extérieur des détails d’époque demeurent, la décoration des chambres reste simple  et juste fonctionnelle.

Le service : Un restaurant avec des produits du terroir et de saison est ouvert uniquement le soir. Un petit déjeuner continental est en supplément (10 euros) avec possibilité de plats type oeufs brouillés ou au plat sur demande et sans frais en sus. Nous n’avons pas pu tester le menu du soir qui n’est pas servi le dimanche et qui se fait sur réservation. Wifi gratuit dans tous les espaces. Grand jardin avec chats, chien et lapin, table de ping pong et salon de jardin. La encore tout est en toute simplicité à l’image des propriétaires qui malgré le contexte se sont lancés dans la haute saison en toute décontraction et avec générosité.

Les tarifs : comptez entre 50 et 65 euros par nuit et pour deux , sauf si vous passez par une plateforme comme booking.com ou il faudra ajouter 25%. Honnêtement le rapport / qualité prix est correct. L’établissement est encore en rodage et quelques réglages restent à faire mais vous serez sans doute séduit par la gentillesse et la simplicité de vos hôtes, sachant que l’essentiel ne sera pas de profiter de sa chambre mais de la région.

Vous l’aurez compris, cette escapade est vraiment parfaite pour découvrir toutes les richesses de cette région de la Normandie tant sur les aspects culturels, géographiques avec la beauté de ses vastes plages empreintes d’histoire que sur la gastronomie.

Retrouvez toutes les réjouissances de la Normandie du coté plages du débarquement : https://bit.ly/2ZJXsMp
et coté cité médiévale : https://bit.ly/3fOL2sn

Catégories :l'art d'être ailleurs

2 réponses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s