VERNON SUBUTEX, trilogie coup de coeur!

A travers la dérive parisienne d’un antihéros désabusé, Virginie Despentes dresse le portrait âpre de la société contemporaine. Cela ressemble à la comédie humaine des temps moderne, triste et chaleureux à la fois !

subutex-e1530546977772

Le Pitch :

Vernon Subutex fut un des disquaires les plus célèbres de Paris dans les années 1980, mais, à la suite de la crise du disque, il doit fermer son magasin. Dès lors, il vit des aides sociales en évitant au maximum de sortir de chez lui, passant ses journées sur internet.

Un de ses amis, Alex Bleach, célèbre chanteur de rock, l’aide de temps en temps financièrement pour payer son loyer jusqu’à ce qu’il décède brutalement. Avant de mourir, le chanteur confie à Vernon un enregistrement sonore enregistré sous l’influence de la drogue à Vernon. Vernon sera activement recherché par plusieurs personnages pour cet enregistrement.

Vernon se retrouve sans aucune source de revenu et se fait expulser de son appartement. Il décide alors de solliciter l’aide de ses anciens amis qu’il n’a pour la plupart pas vu depuis plusieurs années, prétextant n’être à Paris que « de passage » et d’avoir construit sa vie au Canada.

illus2817_despentesL’auteur : Virginie DESPENTES

Virginie Despentes, c’est la rebelle de la littérature, l’auteur de romans aussi sulfureux que Baise moi, Teen Spirit, King Kong théorie. Celle qui n’est pas clean, entre son passé sulfureux touchant au porno, au rock, à l’identité sexuelle et aux drogues, celle qui affiche sa différence avec un sens aigu de la provoc’ qui, je l’avoue, ne manque pas de panache. Despentes écrit bien, son style est acéré, urgent, elle a un sens formidable de la formule, du raccourci, de l’humour noir à revendre, une capacité à saisir une partie du monde contemporain tout à fait stupéfiante. Et pour mieux comprendre son style qui est à l’image de son parcours cliquez sur nom à coté de « l’auteur’

Unknown copieCe que j’ai aimé :

Je me suis lancée dans la lecture de ce roman tard car le tome 1 est sorti en 2015, mais avec beaucoup de curiosité, attirée par son impressionnant succès, tant critique que commercial. Et je ne l’ai pas regretté, car il s’agit d’une des plus belles réussites du roman.

C’est  au travers des  déambulations de Vernon, fil rouge du cette trilogie que Virginie DESPENTES dresse une galerie de personnages hauts en couleurs, parfois désespérés, sans attache et souvent seuls mais riches de leurs expériences. Cette description de la France des années 80 jusqu’en  2016, que sont devenus ces punks qui se pensaient libres en 1980 ? leurs existantes est retracé au vitriol pour certains, et avec tendresse pour d’autres. Ce roman frappe fort, ne laisse aucun répit et nous tient en haleine tout au long de cette trilogie. On poursuit la lecture tantôt le coeur serré, tantôt le sourire aux lèvres car l’on retrouve au loin un parfum de déjà vécu ou effleuré par nos propres expériences,  dans les différents portraits de Vernon et sa clique.

Sans titre

Cette trilogie est un vrai coup de coeur, pas étonnant que Canal+ l’ait retenu, elle sera adaptée par Benjamin DUPAS connu pour avoir déjà oeuvré sur « Dix pour cent »  ou « Kaboul Kitchen »  et de surcroit choisi le superbe et majestueux Romain Duris,  ainsi que Céline Salette j’ai hâte de pouvoir regarder cette série qui sera diffusée, semble t-il en février 2019. D’ici là, faites comme moi lisez le !

 

l'art du coup de coeur

Publicités

lartdenprofiter! View All →

J'aime tout ce qui me nourrit : manger, lire, rire, regarder, écouter... ressentir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :